1974: The Lamb Lies Down On Broadway et le départ de Peter

En 1974, Genesis sort son sixième disque. Peter Gabriel sait déjà qu'il va partir et décide de mettre le paquet, pour finir son parcours en beauté avec le groupe qu'il a formé. Le paquet en question est un vrai cadeau fait aux fans. Il sera comme un grand trait tiré dans l'histoire de Genesis, comme une étape déjà franchie. 
The Lamb Lies Down On Broadway de Genesis  est un ensemble de deux disques constituant à eux deux une véritable histoire, celle de Rael, un jeune portoricain qui va naviguer dans des mondes imaginés par Peter Gabriel dans tout ce que l'auteur-compositeur-interprète a de fantasque.
Quatre vingt-quinze minutes, vingt-trois titres et un spectacle sur scène qui rivalisera avec ce que Pink Floyd faisait déjà à l'époque.

Sur Scène : The Lamb Lies Down On Broadway donne tout

Toujours dans l'idée de marquer fortement les esprits avant de passer à autre chose, Peter Gabriel imagine un spectacle hors du commun. Tout d'abord aucun autre morceau du groupe ne sera joué durant ce spectacle, seule la track-list de The Lamb Lies Down On Broadway, les vingt-trois titres des deux galettes seront restitués.
Il eut été inconcevable que l'ordre des chansons soit bouleversé pour garder intacte la trame de l'histoire, aussi chaque titre sera joué dans le même ordre que sur l'album. Trois écrans géants diffuseront des images (plus de 1000 par concert) seront placés en arrière scène ainsi qu'une foultitude d'éclairages et d'effets spéciaux qui permettront d'alterner les ambiances suivants les titres.
Il n'existe aucun témoignage visuel de cette série de spectacles, The Lamb Lies Down On Broadway sur scène n'ayant jamais été filmé.
Après cette mise en lumière exacerbée, Peter Gabriel repartait (presque) de zéro avec un album solo qui paru en 1977.
Sur la pochette de ce disque, on voit Peter dormir à l'avant d'une voiture, comme éreinté par cette débauche de musique.
Dans ses rêves, une nouvelle aventure musicale prend forme...